26 octobre 2008

Chapitre 2 : COMMENT TROUVER MON PSY A MOI ? ET PAR MOI-MÊME ?

Vous avez pris la décision. C’est bien !

C’est à vous de vous dire que c’est bien, certainement pas à moi !

Moi qui ai mis vingt avant de me décider.

Enfin maintenant c’est sur, vous allez prendre un rendez-vous et vous y tenir.

Auprès de qui ?

Pas simple ! Pas si simple !

Bien sur on ne demande pas à ses copines l’adresse d’un psy comme celle d’un gynécologue, on parle de sexe entre filles mais rarement de ses petites manies, encore moins de ses grosses angoisses.

En plus, lorsque l’on ne va pas bien on ne parle pas du tout, alors !

Et puis, je pense qu’un psy, on le trouve par soi même. Pour moi, recommander un psy, c’est comme refiler à quelqu’un d’autre un médicament qui vous a été délivré sur ordonnance. Toujours se demander si vous n’y ferez pas d’allergie et penser aux effets secondaires…

Mais, ce que je dis n’engage que moi, ce n’est que mon opinion.

Si vous ouvrez l’annuaire à la page psy… Vous allez avoir peur.

Des ‘psy quelque chose’ il y en a des tonnes.

Et, méfiance… des pseudos psy encore plus ! 

Même si je suis pour la médecine douce, je me méfie de la psy douce.

Le moteur de votre voiture vous ne le confieriez pas à votre boulanger, même s’il fait du bon pain !

Alors votre cerveau…  N’allez pas le faire fumer davantage en le confiant à des bourreurs de crânes ou des distributeurs de médocs.


Votre cerveau c’est vous. Et même si vous avez certaines petites corrections à lui apporter, il ne vous déplait pas tant que ça. Donc n’appuyez pas sur la touche échap’.

Alors, psy…

Psychothérapeute… psychologue… psychiatre… psychanalyste ?

Déjà, pensez à votre porte-monnaie, certains sont remboursés, d’autres pas.

Ce n’est certainement pas parce qu’il y en a des bons et des moins bons, non ! On en trouve des mauvais dans toutes les catégories. Simplement c’est la sécu qui a décidé que c’était comme ça !

Mais, si vous avez de petits moyens, évitez de vous rajouter des angoisses en vous demandant comment vous allez payer EDF une fois que vous aurez réglé vos séances.

Optez dans un premier temps pour un psy conventionné et renseignez-vous sur les dépassements d’honoraires.

Ca évite les sueurs froides aussi !

De toute façon vous ne signez pas avec lui pour la vie, si vous ne vous sentez pas bien avec votre ‘psy… ce que vous voulez’, allez en voir un autre.

Mais pensez au côté matériel c’est important, sinon vous risquez de culpabiliser :

« Si l’on n’y arrive pas ce mois ci, c’est de ma faute… au prix de la séance… »

Je vous connais, je suis pareille !

J’ai été étonnée de voir le nombre de feuilles CMU sur le bureau de mon psy et ça m’a fait plaisir !

Il était grand temps que les ‘pauvres’ aient un droit d’accès aux psy. Que le temps du snobisme psy s’arrête. Etre mal n’est pas réservé à une élite.

Mais je sais que cela contrarie certains… Que Anne-Marie-Cécile a encore du mal à côtoyer Bébert dans la salle d’attente de son psychiatre. Mais quelques séances de plus et elle s’en remettra !


Lorsque vous aurez décidé quelle ‘race’ vous allez prendre, la prise de tête n’est pas terminée. Vous avez encore des spécificités… spécialisations… spécialités…

Des trucs en plus quoi !

Des noms qui vont vous dérouter voir même vous perturber. Vous en avez entendu parler à la télé où dans le dernier bouquin que vous avez lu, mais vous ne savez pas exactement de quoi il retourne.

Et bien moi non plus…

Ma voisine non plus et la cousine de ma belle sœur non plus !

Nous ne sommes pas toutes allées en fac de psycho !

Alors les freudiens… les jungiens, les lacaniens (tous les lacaniens, toutes les lacaniennes… je n’ai pas pu résister) les machiniens et les biduliens…

Pour nous c’est du chinois.

Nous ce qu’on veut c’est aller mieux !

De toute façon, les freudiens vous diront de vous méfier des lacaniens et les lacaniens des freudiens.

Une seule chose dont je sois sure c’est que le freudien, vous le verrez dresser l’oreille (j’ai dis l’oreille !) lorsque vous parlerez de sexe. Si en plus, petite, vous étiez amoureuse de votre grand-père, il sera ravi ! ! !

Je ne vous propose pas de prendre votre psy au hasard, mais faites comme vous le sentez.

Allez-y à l’intuition et encore une fois si ça ne passe pas, il y en a des tas d’autres.

Moi je n’ai pas choisi mon psy, quelque part c’est lui qui m’a choisie…

Ouvrir une consultation d’une journée par semaine au fin fond de mon département, à quinze kilomètres de chez moi ; après qu’il ait vécu des années aux U.S.A.. Il m’avait bien cherchée non ?

Je ne serais pas allée le voir aux Etats-Unis moi !


J’ai pris le psy le plus près de chez moi, c’est vrai !

C’est mon médecin généraliste qui m’a appris son existence, c’est vrai !

Je me suis bottée les fesses pour aller le voir, c’est vrai !

Je me les botte encore parfois, c’est aussi vrai !

Mais l’important, c’est le résultat.

Et j’y tiens à Mon Psy !

Et pourtant…

… Pourtant si j’étais restée sur ma première impression… Je n’y serais pas retournée !

Posté par evildiane à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chapitre 2 : COMMENT TROUVER MON PSY A MOI ? ET PAR MOI-MÊME ?

Nouveau commentaire